A Colored Day at Qalamoun North of Lebanon

Amazing day with the inhabitants of Qalamoun, shooting videos, interviewing “Qalamoun in colors” project’s beneficiaries, tasting authentic bread and lemonade, and enjoying the hospitality of the mayor and the locals.
“Qalamoun in colors” is a Cash for work employment project that focuses on the rehabilitation and beautification of the Qalamoun market and public spaces. It creates ownership as youth and the community are actively involved in the design and execution of the project, generates short-term income opportunities, and aims to strengthen community cooperation. Implemented by GIZ Local Development Programme for Urban Areas in North Lebanon  in partnership with Utopia Lebanon and the Municipality of Qalamoun through financial support of the European Union and Germany.
#eastlinedigital

دوامة Duwama (Spiral) by Pamela Chrabieh @ Anima Mundi – Itsliquid International Art Festival – Venice 2019

Duwama Collection by Pamela Chrabieh
ANIMA MUNDI FESTIVAL 2019 – VISIONS
ITSLIQUID International Art Festival
Palazzo Ca’ Zanardi, Venice – Italy | October 04 – November 24, 2019

OPENING October 4, 2019 @ 6 p.m.

About Duwama

I was born and raised in the 1970s-1980s war in Lebanon.

War disconnects lives, memories, and experiences by creating endless cycles of violence, murderous identities, and wounded memories.

I have come to believe that these memories are inevitably transmitted from generation to generation in private and public spaces, and that socio-political conviviality and peace need both individual and national healing processes. Or else, the load of traumas that we carry will prevail, fueled by the continuous local and regional crises and State-sponsored amnesia.

Growing up in war left me with a thirst to discover the truth behind the endless years spent in shelters and displacement, the survival techniques I learned, such as how to avoid snipers and land mines, the suffering following the destruction of our houses and the horrific deaths of loved ones, the fascination with war games I used to play, and the hours spent with my parents trying to look for bread.

War has definitely marked my identity, world vision, and visual expression, and it has fueled my pursuit for connections between cultures and religions; the contemporary and the traditional; the physical and the mental; the visible and the invisible; the past, present, and future; the logos (word) and the eikon (image); humanity, the natural and the spiritual… My pursuit for peace…

Contrary to war, peace is the art of connecting. It is a continuous process encompassing historical subjectivities and energies in interpenetrative modes; a process of interacting dynamics, fragmented and common truths, voices, paths, and pathos.

A Duwama (spiral or vortex) is a visualization of this peacebuilding process. It symbolizes life versus death, positive movement towards the manifestation of connections, and therefore, towards forgiveness, healing, and conviviality.

Every Duwama is a story of transformation, from a shattered and disconnected situation, event, emotion or experience, to a connected realm.

Biography

Pamela Chrabieh is a Lebanese & Canadian Doctor in Sciences of Religions, scholar, university professor, visual artist, activist, writer and consultant. She has exhibited her artworks in Canada, Lebanon and the United Arab Emirates, and has organized and participated in art workshops and art therapy sessions in North America, Europe and the Middle East. She was selected as one of the 100 most influential women in Lebanon in 2013, and won several national and regional prizes in Canada and the United Arab Emirates. https://pamelachrabiehblog.com/

ITSLIQUID GROUP OPENING ANIMA MUNDI INTERNATIONAL ART FESTIVAL VENICE 2019 – Venice Biennale

Appel à une médecine d’urgence au Liban

“L’interdiction du concert de Mashrou’ Leila et la polémique qui fait rage depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux m’ont fait penser aux écrits de Mohammad Arkoun, éminent érudit algérien qui remit en question la cristallisation de plusieurs types de discours, notamment religieux.

Arkoun plaidait pour une pratique intellectuelle libre et libératrice, dans une perspective de dépassement dégagée des postulats dogmatiques, ce qui malheureusement est devenu une denrée rare au Liban.

En effet, face à la montée des fanatismes, l’exacerbation des identités meurtrières, le recul des libertés, la sacralisation de la politique et la radicalisation des discours et pratiques, on ne peut qu’appeler à promouvoir cette pensée en tant que médecine d’urgence : une pensée humaniste, ouverte au semblable et au différent, conviviale, incitant à l’écoute mutuelle, au respect et à la désinstrumentalisation du religieux lorsqu’il est à la merci – souvent de façon outrancière – des manipulations idéologiques.

Cette pensée aiderait une partie des Libanais à désapprendre ce qu’ils ont appris suite à des décennies de guerres et de propagation de la peur de l’autre. Désapprendre est un processus et une éducation visant la sortie du système d’exclusion mutuelle, en appliquant l’exercice de la « subversion », qui n’est nullement une destruction ou un rejet, mais qui essaye de comprendre le pourquoi et le comment des choses, de problématiser le canevas épistémologique articulant chaque discours et/ou expression (religieux, politique, littéraire, artistique, etc.).

N’est-il pas temps, en effet, de déconstruire – lorsqu’il le faut – les systèmes de construction du savoir prétendant détenir « la vérité » et offrir des effets de sens ? Et de poser les questions suivantes : jusqu’à quel point les Libanais sont-ils conscients des dimensions idéologiques de leurs discours et de leurs actions ? Quelles structures cognitives emploient-ils dans le but d’interpréter « leurs religions » ? Jusqu’à quel point développent-ils une relation critique entre leur passé et leur présent afin d’avoir un meilleur contrôle sur le futur, et comment cette relation pourrait-elle être effective et créatrice ?

En d’autres termes, nous avons besoin d’une archéologie de discours sédimentés et d’évidences sclérosées, afin de substituer au climat de méfiance et de dénigrement réciproques l’exigence d’une solidarité – voire d’une interpénétration –, en vue de l’exorcisation de la crainte de la perte du sens, de la ruine de l’identité et du crépuscule des valeurs, et afin de dépasser les systèmes de production du savoir, qu’ils soient religieux ou non, qui tentent d’ériger le local, l’historique contingent, l’expérience particulière en universel, en « transcendantal », en « sacré irréductible ».

L’objectif n’est pas de dévaloriser les religions ni les appartenances religieuses, mais d’y puiser ce qui pourrait favoriser l’éclosion de lectures et de pratiques renouvelées de la gestion des diversités au Liban, tout en opérant une ouverture aux discours et pratiques non religieux.

De ce fait, nous sommes appelés à nous engager dans le terrain de la complexité identitaire, à dépasser les frontières dites immuables entre individus et communautés, à sortir des ghettos, à être à l’écoute des attentes et des aspirations de toutes les composantes de la société, à transformer le regard sur l’autre afin qu’il soit dénué de tout projet d’autojustification et le regard sur soi-même pour qu’il ne se complaise pas dans des poncifs convenus”.

Dr. Pamela Chrabieh

L’Orient-le-Jour, Beyrouth, 01/08/2019

https://www.lorientlejour.com/article/1181145/appel-a-une-medecine-durgence-au-liban.html

Pop Culture and Social Media in the Arab World

I was interviewed by Terrance Mintner about Pop Culture and Social Media in the Arab World. Here are excerpts of the interview: 

Dr. Pamela Chrabieh, a Beirut-based writer and activist, told The Media Line that young people in the Arab world are using Facebook, Instagram, Twitter, YouTube, WhatsApp and Snapchat at an increasingly faster rate despite government controls and restrictions.

“Several studies conducted in the last decade have shown that pop culture and social media have helped Arab youth express and promote alternative political and social discourses and practices to the ‘official, normative, and institutional’ ones,” she said.

Although social media offers opportunities for creative expression and interaction, Chrabieh explained, there are many young people who must use these mediums while constantly negotiating complex and layered pressures to maintain online identities that meet the expectations of their societies, especially in the Gulf region.

“Fageeh’s work [generating online videos, for example] is one of many initiatives in the Arab world that addresses social and political issues. In fact, there has been an explosion of artistic and cultural productions since the 2000s in the forms of music, poetry, theater, graffiti, movies, etc.,” Dr. Chrabieh noted.

“There are of course cultural icons or ‘figureheads’ but we are witnessing the rise and proliferation of cultural democratization and transnational cultures [global cultures], especially when it comes to street art, videos and digital expression.”

Popular culture in the Arab world should not be viewed as byproduct of the Arab Spring, she explained. Even before the uprisings, it played a significant role in creating social and political transformations in response to what she termed “Ottoman and European colonialization.

“Lastly, it is hard to characterize Arab pop culture as one category given the diverse political institutions, regional history and the many different discourses about identity. Nevertheless, popular culture can help make sense of this complexity.”

READ THE FULL ARTICLE HERE (February 27, 2019)

Concours médecine et dentaire USJ Janvier 2019: Félicitations!

Félicitations à tous(tes) ceux et celles qui ont réussi le concours d’entrée aux Facultés de Médecine et Médecine dentaire de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth.

Nous sommes heureux(es) d’annoncer que le taux de réussite du concours de janvier 2019 suite aux sessions collectives et individuelles de SPNC en 2018 s’élève à plus de 55%.

Nous rappelons que la culture générale a le plus haut coefficient, d’où la nécessité d’une préparation stratégique des mois à l’avance.

Contactez Dr. Pamela Chrabieh pour plus d’informations sur les sessions du printemps pour le concours de juin 2019 au +9613008245 ou par email: pchrabieh@spnc.co

Du choc des titans et de la culture de la guerre

Mon article paru ce matin dans l’Orient-le-Jour (Beyrouth – Liban) sur la nécessité de déconstruire la culture de la guerre et d’édifier une culture de la paix. C’est le énième article que je publie sur ce sujet depuis les années 90. La guerre est continue au Liban. Elle n’est pas que physique, elle est surtout psychologique et culturelle.

Voilà des années que le Liban vit au rythme de guerres de paroles, de mémoires meurtries, d’identités meurtrières, d’autoritarisme et de crises sociopolitique, économique et environnementale.

Dans cette saga libanaise aux allures de choc de titans, les héros ont bel et bien disparu, laissant la place aux fanatiques, démagogues, corrompus, méduses, sorcières du Styx, montagnes de détritus, scorpions monstrueux, sacrifices humains et maléfices de Hadès.

Près de trois décennies après la fin des combats, il est triste de constater que le pays n’est pas en mode « postguerre ». En fait, la guerre est continue, et les leçons qui auraient dû être tirées n’ont pas pu l’être, justement parce qu’une véritable construction de la paix n’a pas eu lieu, et ce en dépit des initiatives de certains groupes et individus œuvrant pour la convivialité et un système sociopolitique aconfessionnel assurant l’unité dans la diversité des voix(es) libanaises. Une chose est de faire taire les canons, de faire disparaître les frontières territoriales et de constamment faire miroiter bonheur et prospérité ; une autre est de renouer le contact entre les communautés et d’établir des liens solides au-delà des dissensions et des clivages.

Comment penser et vivre une catharsis salutaire lorsque le Kraken de la culture de la guerre constitue la toile de fond du Liban contemporain? Cette culture s’impose comme réalité du quotidien physique et virtuel. Avec son cortège de djinns et de démons, elle enflamme les esprits, sème la zizanie et ravage les vies. Elle est à la fois le produit et le producteur de choc de titans, un cercle vicieux formé d’oppresseurs et d’opprimés, d’accapareurs de pouvoir, de démunis et de boucs émissaires.

Chaque instant qui passe sous l’emprise de la culture de la guerre creuse davantage le fossé entre Libanais, sanctifie l’assassinat du semblable et du différent, transforme le meurtre en devoir, banalise les suicides individuel et collectif, et interdit toute réflexion critique, toute évolution et toute richesse émanant de la diversité.

Tant que la culture de la guerre sévit dans les cœurs, les criminels continueront de perpétrer leurs crimes et les victimes de mourir par omission. Tant que cette culture existe, l’étripage des dieux se poursuivra. Tant que l’hégémonie culturelle est celle de la guerre et non de la paix, on ne pourra garder l’espoir face aux bouchons inextricables du passé et à la léthargie étouffante du présent, révéler les non-dits, muer la douleur en souvenir fondateur et retenir la principale leçon de la guerre, de toute guerre : qu’elle ne se reproduise plus.

SOURCE: https://www.lorientlejour.com/article/1157956/du-choc-des-titans-et-de-la-culture-de-la-guerre.html

Women’s Rights in the Middle East Today: Law, Religion and Culture – Conference

Dr. Nadia Wardeh and Dr. Pamela Chrabieh

I had the honor of participating in this wonderful gathering of scholars, activists and artists working on gender and women’s rights issues in Southwestern Asia and North Africa. Once again, Dar al Kalima University College of Arts and Culture and CAFCAW have succeeded in challenging the intellect and establishing a dialogue between diverse identities and currents. The conference was successful by the wide range of speakers and by the attendees who contributed to the constructive debates.

We finally presented excerpts of our paper Dr. Nadia Wardeh and I, entitled ‘Against the Current: Religious Authority, Gender and Interreligious Dialogue’. We argued that feminist and liberal thinking/doing interreligious dialogue is a marginalized reality in our region at the institutional level, and particularly when it comes to decision-making tables within and across religious sectarian borders. This is largely unsurprising in so far as the leadership of most religious communities continues to be predominantly male (and patriarchal). The way we see it, there is a need for a shift from complementarianism to egalitarianism, and especially the production and use of Christian and Islamic theologies of gender equality as pillars of thinking and doing interreligious dialogue.

Adams Beach Hotel, Ayia Napa, November 1-4 2018